FAQs

FAQs2020-09-10T13:39:32-08:00
Quelle est l’application pratique de l’ICMI ?2020-05-06T11:39:23-08:00

L’ICMI est un outil fondé sur des données probantes qui sert à éclairer les politiques, les services et la prestation des programmes en matière d’immigration et d’intégration au Canada. Il n’offre pas de preuve causale de l’efficacité d’une politique gouvernementale particulière, mais peut fournir des conseils précieux pour l’élaboration de politiques et de programmes.

Comment l’ICMI compare-t-il les conditions de vie des immigrants à celles de la population née au Canada ?2020-05-06T11:40:44-08:00

L’ICMI compare la situation des immigrants à celle de la population née au Canada de deux façons : 

  1. en examinant divers résultats liés à la participation économique, sociale, civique et démocratique, et à l’intégration de la santé, tout en tenant compte des différences sociodémographiques* qui permettent des comparaisons plus équitables entre les régions géographiques
  2. par l’utilisation de données descriptives/non ajustées (sans contrôle des données sociodémographiques) pour démontrer les différences par indicateur, entre les immigrants et les non-immigrants, en proposant un aperçu des tendances d’intégration à des moments précis.

* L’utilisation cohérente des variables de contrôle dans les modèles de l’ICMI garantit une comparaison « pomme à pomme » des parcours des immigrants d’une zone géographique à l’autre. Les variables de contrôle sociodémographiques de l’ICMI comprennent le sexe, l’âge, la connaissance des langues officielles, l’éducation, le statut de minorité visible et la profession. L’autoperception de la santé physique et mentale est un contrôle exceptionnel ajouté au modèle de la dimension santé en raison de sa pertinence et de sa valeur ajoutée lors de l’évaluation par un individu de sa propre santé.

Comment interpréter les classements de l’ICMI ?2020-05-06T11:44:50-08:00

L’ICMI fournit des classements basés sur l’écart des résultats d’intégration entre les immigrants et les personnes nées au Canada. Plus l’écart entre ces deux groupes est faible, plus la région se classe favorablement par rapport au reste du Canada, et plus elle se rapproche de la parité. Chaque classement provient d’un score attribué à une région, déterminé par un modèle de régression. Ce modèle garantit que les immigrants et les personnes nées au Canada partagent des caractéristiques similaires comme l’âge, le sexe, la langue, l’éducation, la profession, le travail à temps plein et le statut de minorité visible.

Tous les classements doivent être interprétés avec prudence. Les différences de notes peuvent être minimes dans certains cas. Consultez la page des ressources pour obtenir des feuilles de calcul avec tous les scores détaillés des indicateurs par dimension.

Quelle est la différence entre une dimension et un indicateur ?2020-05-06T11:54:10-08:00

L’intégration des immigrants est un processus dynamique et multidimensionnel. Ainsi, l’ICMI est conçu en se fondant sur quatre dimensions d’intégration (économique, sociale, participation civique et démocratique, et santé), permettant de multiples façons de mesurer une intégration réussie. Les indicateurs offrent des mesures spécifiques pour chacune de ces dimensions. Par exemple, le taux d’emploi est un indicateur utilisé pour mesurer l’intégration économique.

Comment les indicateurs de l’ICMI ont-ils été sélectionnés ?2020-05-06T11:55:12-08:00

Les indicateurs de l’ICMI sont soigneusement sélectionnés en fonction de leur capacité à mesurer de manière fiable l’intégration des immigrants. Cela est déterminé par une combinaison de facteurs tels que les concepts relatifs à l’intégration des immigrants, les considérations méthodologiques, y compris l’accès à des données fiables s’appliquant au modèle de régression entre les régions, et les recommandations du Comité consultatif d’experts (CCE) de l’ICMI.

Des dizaines d’indicateurs ont été évalués pour leur viabilité dans le cadre de l’ICMI, mais ont été exclus pour diverses raisons. Par exemple, après une réflexion approfondie, le CCE a finalement déterminé que l’accession à la propriété n’était pas une mesure significative de l’intégration au Canada. Il a été conclu que la réussite de l’intégration ne repose pas sur le fait qu’un immigrant soit propriétaire ou locataire de son lieu de résidence. 

Pour plus de précisions sur tout indicateur susceptible de vous intéresser, n’hésitez pas à nous faire part de vos commentaires.

Quel sont les classements généraux de l’ICMI ?2020-05-06T11:56:21-08:00

En plus des classements par indicateurs et par dimensions,  l’ICMI fournit également des classements généraux afin d’évaluer la performance globale de diverses régions canadiennes. 

Les classements généraux de l’ICMI reposent sur la pondération des dimensions suivantes : économique à 40 %, sociale à 30 %, participation civique et démocratique à 20 % et santé à 10 %. Cette pondération standard de l’ICMI a été approuvée par le Comité Consultatif d’Experts du projet. Pour de plus amples informations, consultez l’aperçu de la méthodologie.

En visitant la page de classement, vous pouvez modifier ces pondérations pour répondre à vos objectifs individuels, ce qui influera sur le classement global de l’ICMI.

Quelles sont les régions incluses dans l’ICMI ?2020-05-06T11:57:13-08:00

L’ICMI se penche sur les 10 provinces canadiennes et 35 villes/régions métropolitaines de recensement (RMR) sélectionnées. Les Territoires du Nord-Ouest, le Nunavut, le Yukon et diverses villes ont été exclus de cette analyse en raison de la taille insuffisante des échantillons d’immigrants. Voir l’aperçu de la méthodologie pour plus de détails.

Pourquoi ma région n’est-elle pas représentée sur l’ICMI ?2020-05-06T11:57:55-08:00

Si votre territoire ou votre ville/région métropolitaine de recensement (RMR) n’est pas représenté, c’est pour l’une des deux raisons suivantes :

  1. votre région a un faible taux d’immigration ; ou
  2. elle ne répond pas aux critères minimaux de population pour être considérée comme une région métropolitaine de recensement (RMR).
Pourquoi n’y a-t-il que 20 villes/régions métropolitaines de recensement (RMR) sur la page de classement, mais davantage sur les autres pages ?2020-05-06T11:58:45-08:00

Comme l’ICMI est un indice fondé sur des données, tous les ensembles de données (Recensement canadien, Enquête sociale générale et Enquête sur la santé dans les collectivités canadiennes) doivent comporter un dénombrement fiable des immigrants dans chaque ville ou RMR. Un minimum de 15 immigrants par zone géographique (pour l’échantillon non pondéré) a été établi pour qu’une ville/RMR soit intégrée à l’indice de l’ICMI. Il y a donc 35 villes/ RMR dans la dimension économique, 20 villes/ RMR dans les dimensions sociale et de la participation civique et démocratique, et 24 villes/ RMR dans la dimension de la santé. 

La page de classement ne présente que les positions des 20 villes/ RMR qui se sont positionnées dans les quatre dimensions, et ce, pour toutes les périodes où les données sont disponibles.

Quelles sont les sources des données utilisées pour la compilation de l’ICMI ?2020-08-20T00:35:21-08:00

L’ICMI repose sur les réponses d’enquêtes nationales provenant de la Collection de fichiers de microdonnées à grande diffusion (FMGD) de Statistique Canada ainsi que des fichiers maîtres de données, notamment ceux du Recensement, de l’Enquête sociale générale (ESG) et de l’Enquête sur la santé dans les collectivités canadiennes (ESCC). Il englobe diverses régions géographiques sur des périodes spécifiques (1991-1995, 1996-2000, 2001-2005, 2006-2010, 2011-2015, 2016-2020). Voir le tableau ci-dessous :

Quelle est la population ciblée par l’ICMI ?2020-05-06T12:01:51-08:00

La population visée par l’ICIM est la sous-population déterminée par une combinaison d’échantillons provenant du recensement canadien, de l’Enquête sociale générale et de l’Enquête sur la santé dans les collectivités canadiennes. La sous-population varie en fonction de l’indicateur. Toutefois, la sous-population pour la plupart des indicateurs comprend les personnes âgées de 18 à 64 ans qui sont nées au Canada ou qui sont des immigrants (les résidents non permanents ne sont pas inclus). Voir l’aperçu de la méthodologie pour un aperçu de toutes les sous-populations de l’enquête de l’ICMI.

Les analyses de régression multivariées sont utilisées pour modéliser les indicateurs de l’ICMI pour chacune des quatre dimensions de l’intégration des immigrants (économique, sociale, participation civique et démocratique, et santé). Cette approche permet d’établir des comparaisons équivalentes entre les immigrants et la population née au Canada.

En outre, des analyses de données descriptives/non corrigées sont également utilisées pour indiquer la différence ou l’écart brut, entre tous les indicateurs de l’ICMI pour les immigrants et la population née au Canada. Ces données descriptives sont destinées à compléter les techniques d’inférence multivariées, à fournir la possibilité d’examiner à la fois les aperçus et les modèles/tendances des parcours d’’intégration des immigrants au fil du temps, et à contribuer à préciser et à interpréter les résultats du classement.

Toutes les données ont été normalisées à l’aide de diverses techniques de pondération et de calcul afin de garantir des résultats fiables. Par ailleurs, différents diagnostics ont été réalisés pour garantir la qualité des données. Pour plus de détails, consulter le rapport méthodologique de l’ICMI.

Pourquoi certaines périodes n’affichent-elles pas les classements et les données ?2020-05-06T12:02:35-08:00

Certains classements peuvent être manquants pour l’une des trois raisons suivantes : 

  1. les données ne sont pas disponibles (c’est-à-dire que la question de l’enquête n’existe pas pour ce cycle de données particulier) ;
  2. les données n’ont pas un nombre d’immigrants suffisamment élevé pour permettre des analyses au niveau de la province ou de la ville (en dessous de n=15, la base minimale d’immigrants par zone géographique) ; ou
  3. les données sont de mauvaise qualité et/ou peu fiables statistiquement.
Pourquoi certaines données et/ou contenus sont-ils dupliqués pour certaines régions géographiques ?2020-05-06T12:03:01-08:00

Certaines zones géographiques ont été combinées pour certains indicateurs et certaines périodes en raison de la manière dont les données sont communiquées par la source. Cela se produit lorsque  la faible taille de la population le justifie dans certaines régions ou, à d’autres fins statistiques (par exemple, données non fiables dans les petites régions). Tel est le cas pour diverses périodes pour les provinces de l’Atlantique, Sherbrooke-Trois-Rivières, Grand-Sudbury-Thunder Bay, Regina-Saskatoon, Kelowna-Abbotsford, Moncton-Saint John, Brantford-Guelph-Barrie, ainsi que Kingston-Peterborough.

En quoi les données de l’ICMI diffèrent-elles quelque peu de celles d’autres sources comme Statistique Canada ?2020-05-06T12:04:18-08:00

Les estimations de l’ICMI peuvent être légèrement différentes de celles d’autres sources comme Statistique Canada car :  

    1. l’ICMI ne s’applique qu’aux adultes de 18 à 64 ans qui sont nés au Canada ou qui sont résidents permanents (les résidents non permanents sont exclus) ; et/ou
    2. les valeurs de l’ICMI proviennent soit de la Collection de fichiers de microdonnées à grande diffusion (FMGD) de Statistique Canada, soit de fichiers maîtres, en fonction de leur disponibilité – les écarts entre ces deux sources de données sont mineurs.

Reportez-vous à la page des ressources pour les feuilles de calcul relativement aux notes sur les filtres et les sources de données par dimension. Assurez-vous de les consulter attentivement lorsque vous comparez les valeurs de l’ICMI avec d’autres sources.

Où puis-je accéder aux données relatives aux thèmes supplémentaires qui ont été intégrés dans la nouvelle édition de l’ICMI ?2020-05-06T12:05:48-08:00

Alors que le niveau primaire d’analyse de l’ICMI compare les résultats des immigrants à ceux de la population née au Canada, vous trouverez également des classements qui qui se penchent sur le temps d’arrivée des immigrants, en comparant les immigrants récents (ceux qui sont ici depuis 5 ans ou moins) aux immigrants établis (ceux qui sont ici depuis plus de 5 ans). Ainsi sur la page des ressources, vous disposez d’un ensemble de classements des provinces (pour chacune des quatre dimensions) et des villes/régions métropolitaines de recensement (RMR) (dans la dimension économique).

L’intersectionnalité est également explorée au sein de l’ICMI par le biais de données descriptives/non ajustées en fonction  de marqueurs d’identité tels que le sexe, le statut de minorité visible, la catégorie d’admission des immigrants, ainsi que le moment de l’arrivée des immigrants pour les 22 indicateurs d’intégration.

  1. la page de recherche, sous la rubrique « Données non ajustées » (pour les données descriptives de tous les marqueurs dans la région et la période sélectionnées) ; et/ou
  2. la page ressources (pour les feuilles de calcul complètes relevant de chaque dimension).
Pourquoi l’ICMI s’intéresse-t-il au « sexe » plutôt qu’au « genre » ?2020-05-06T12:15:28-08:00

Malgré la valeur ajoutée de l’examen du genre, l’ICMI dépend de la disponibilité des ensembles de données de Statistique Canada, qui, jusqu’à présent, n’a recueilli que des informations sur le sexe. Toutefois, le questionnaire du recensement de 2021 prévoie collecter des informations aussi bien sur le sexe à la naissance que sur le genre.

Dans le cadre de la dimension sociale, pourquoi les valeurs de l’indicateur « nombre d’amis proches » changent-elles d’une année d’enquête à l’autre ?2020-05-06T12:15:50-08:00

La valeur observée en 2003 est la moyenne des catégories suivantes d’amis proches : (i) aucun ; (ii) 1-2 ; (iii) 3-5 ; (iv) 6-10 ; (v) 11-20 ; et (vi) plus de 20. Mais en 2008 et 2013, Statistique Canada a modifié la question et la valeur affichée est donc la moyenne du nombre réel d’amis proches. Il convient donc de faire preuve de prudence lors de la comparaison des résultats sur plusieurs années pour cet indicateur.

Concernant la dimension sociale, pourquoi la province du Québec et ses villes/régions métropolitaines de recensement (RMR) n’ont-elles pas de classement pour l’indicateur « sentiment d’appartenance au Canada » ?2020-05-06T12:16:13-08:00

La province du Québec et ses villes/régions métropolitaines de recensement sont exclues de cet indicateur en raison du caractère unique de cette région dans le contexte canadien. Les conditions historiques et politiques du Québec ont entraîné un sentiment d’appartenance au Canada plus faible au sein de sa population canadienne française, de naissance. Compte tenu de cette situation exceptionnelle qui ne connaît pas d’équivalent ailleurs au pays, l’écart entre les immigrants du Québec et la population née au Canada en ce qui concerne le sentiment d’appartenance au Canada soulève donc des questions conceptuelles et empiriques.

Dans le cadre de la dimension santé pour 2018, pourquoi n’y a-t-il pas de classement au niveau des provinces ou des villes/régions métropolitaines de recensement (RMR) pour l’indicateur  » autoperception des besoins non comblés en matière de soins de santé  » ?2020-05-06T12:16:33-08:00

En 2018, cet indicateur n’était administré que dans les provinces et les villes/RMR de la Nouvelle-Écosse, du Nouveau-Brunswick, de l’Ontario, du Manitoba et de l’Alberta. Par conséquent, afin d’assurer une comparaison égale entre les régions géographiques, cet indicateur est exclu du classement de la santé de 2018. Il est à noter néanmoins, que les données descriptives/non corrigées pour ces provinces et villes/ RMR sont tout de même présentées dans la mesure où elles satisfont à toutes les exigences en la matière (qualité des données, échantillon d’immigrants, etc.).  

Comment la page de simulation génère-t-elle des prévisions de salaires ?2020-05-06T12:18:29-08:00

La page de simulation est une nouveauté dans cette édition de l’ICMI. Elle permet aux utilisateurs de visualiser leurs prévisions de salaires par rapport à leur homologue immigrant ou né au Canada (selon le cas) une fois qu’ils ont saisi leurs informations sociodémographiques. 

Le modèle de simulation est basé sur des régressions linéaires à partir du dernier recensement (2016). L’échantillon appliqué à ce modèle comprend : la population adulte (âgée de 18 à 64 ans), les personnes nées au Canada ou les immigrants (les résidents non permanents sont exclus), ayant un emploi actuel, travaillant pour un salaire, un traitement, des pourboires ou une commission, et ayant un salaire compris entre 1 et 200 000 dollars. Pour plus d’informations, reportez-vous à l’aperçu de la méthodologie.  

ALIMENTÉ PAR:

POWERED BY:

Welcome Feedback

Bienvenue sur le site de l'Indice canadien de mesure de l'intégration.

Pour vous aider à améliorer votre expérience, nous aimerions connaître votre avis. Souhaitez-vous remplir un court formulaire à la fin de votre visite ?

Feedback